nyroBlog
Bannière NyroBlog, par FB
Image par FB - ?

Tag : Sony

Chips, Twix et Mix

Des news d'ici et d'ailleurs :

Pas forcément très variés comme info, mais c'est ce qui m'a intéressé ces 2 dernières semaines

PS : J'ai réfléchi longtemps pour le titre (que je n'ai pas encore trouvé en écrivant ça)

Review du DSC-N1, appareil photo numérique à écran tactile

Cela fait bientôt un an que j'ai fait l'acquision de mon DSC-N1, un appreil photo numérique de Sony à écran tactile.

DSC-N1

Au cours de mes nombreuses utilisations (déjà plus de 10 000 photos), j'ai pu me rendre compte de ses atouts, et des ses inconvénients. Commençons par ses inconvénients, pour finir par le meilleur.

  • L'écran est grand et donc se salit assez vite
  • Certains le trouveront peut-être un peu épais comparé à des extras plats
  • les cartes mémoires sont des Memory Stick Pro Duo : un peu plus cher que d'autres pour la même capacité.

et je crois que c'est tout.

L'appareil ne possède que 6 boutons :

  • le bouton On/Off
  • la mise au point/prise de vue
  • le zoom (avant ou arrière)
  • le mode de l'appareil (vidéo, photo ou visualisation)
  • le changement de l'affichage
  • le switch entre écran tactile ou non

Toutes les autres opérations se feront par le biais de l'écran tactile. Vous pouvez utiliser le stylet pour ça, ou bien vos doigts, les boutons étant prévus assez gros pour ne pas poser de problème. Lors de l'allumage, vous êtes prêt en quelques millièmes de seconds à prendre votre photo, dans les conditions que vous avez laisser lors de la dernière utilisation.

Une pression pour activer l'écran tactile et vous pouvez accéder à :

  • choix du mode de prise de vue : automatique, programmé, manuel, crépuscule, portrait crépusculaire, bougie, lent, paysage, plage, neige ou sport
  • réglage du flash : automatique, forcé, sans ou synchronisation lente
  • activation du timer (10 secondes uniquement)
  • activation du mode macro
  • réglage de la résolution : 8M, 8M en 3:2, 5M, 3M, 1M, VGA (e-mail) ou 16:9 (HDTV); en changeant, on sait directement combien de photos on pourra prendre avec la mémoirerestante : sur 1Go : 253 en 8M, 397 en 5M et 632 en 3M.
  • le menu, pour paramétrer tout le reste si besoin

Si le mode de prise de vue le permet, 2 nouveaux boutons peuvent apparaître :

  • réglage de la luminosité : de - 2 ev à 2 ev
  • réglage du temps d'ouverture et du diaragme : de 1ms à 30 secondes (remplace la luminosité en mode manuel uniquement)
  • réglage de la mise au point (cf plus bas)

Continuons dans les options de configuration accessible en allant dans le menu :

  • mode de mesure, utilisé pour faire la mise au point : multiple, centre ou point
  • balance des blancs : automatique, lumineux, nuageux, fluorescent, incandescent ou flash
  • iso : auto, 64, 100, 200, 400 ou 800
  • qualité : fin ou standard (jamais vraiment compris l'utilité de ce paramètre, à part économisé un peu de place et perdre en qualité peut-être...)
  • mode d'enregistrement : normal, rafale, multi-rafale ou plusieurs expositions (prendra 3 photos avec des paramétrages d'exposition différents). Les 2 derniers modes débloquent chacune une nouvelle option dans le menu, pour paramétrer l'intervale entre deux prise pour le premier ou le pas de de changement d'exposition pour le second.
  • Niveau du flash : fort, normal ou faible (il crashe bien fort, même en normal...)
  • Effet d'image : sans, sépia ou Noir & Blanc
  • Saturation : forte, normal ou faible
  • Contraste : fort, normal ou faible
  • Netteté (des contours) : forte, normal ou faible
  • Setup, qui permet de paramétrer l'appreil photo en général (anti-yeux rouge, formater la carte, réglage de l'heure, etc...)

DSC-N1

Après cette longue liste, exhaustive je crois, des paramétrages possible de l'appareil, certains se diront peut-être qu'il est difficile d'utilisation. Pas du tout ! Pour celui qui veut simplement prendre des photos, il peut rester en mode automatique, changer parfois pour un mode de prise de vue simple et ses photos seront très bien. Pour ma part, je n'utilise que le mode automatique quand les photos prises me conviennent ou je passe en mode manuel et je paramètre l'ouverture comme il me convient. Je n'ai jamais été trop friand de ce genre de mode, je rate peut-être certaines choses des fois...

Mais l'écran tactile, s'il ne sert qu'à paramétrer l'appareil, ce n'est pas vraiment intéressant. Détrompez-vous, je vous ai gardé le meilleur pour la fin. Souvenez-vous : réglage de la mise au point (cf plus bas). Eh oui, tout est dans ce petit bout de phrase. Comme sur tous les appareils, on peut bien sûr régler la mise au point automatiquement. Elle se fera sur une zone déterminée la plupart du temps comme étant celle d'intérêt, celle qui bouge. On peut aussi forcé au centre, ou bien induqer les distances : 50cm, 1m, 3m, 7m ou infini. Mais le plus intéressant est le choix manuel du point de mise au point, grâce à l'écran tactile. Sur un appareil reflex, on peut tourner l'objectif pour faire la mise au point exactement à l'endroit que l'on veut, rendant ainsi cet élément (et ceux qui se trouvent à la même distance) très net, et les autres complètement flous. Avec un appareil photo numérique compact, c'est tout simplement impossible de faire cela.

Avec cet appareil, il suffit de paramétrer la mise au point sur manuelle, et vous pouvez cliquer sur quasiement tout l'écran pour choisir votre zone d'intérêt. L'appareil cherche alors à faire la mise au point et trouve rapidement les bons paramètres et vous êtes alors prêt à photographier. C'est sans doute un peu flou cette histoire. Alors j'ai pris ces 3 photos en ne changenant que le point de mise au point, sans bouger l'appareil.

Plage Zoom 1
Plage Zoom 2
Plage Zoom 3
(cliquez sur les images pour les voir en grand, environ 3Mo chacune)

Vous avez compris en quoi l'écran tactile est très intéressant, et devient indipsensable quand on veut avoir un compact dans sa poche tout en gardant la possibilité de faire des photos exactement comme on veut ?

Pour finir, un petit mot sur la visualisation des photos. Le grand écran de l'appareil permet déjà une très bonne visibilité des photos. En plus de ça, vous pouvez décider de regarder vos photos en mosaïque pour trouver rapidement celel qui vous intéresse avec 2 niveaux de zoom. Un petit éditeur d'image a été ajouté pour dessiner dessus avec le stylet, ajouter des masques rigolo. Just for fun. Le dernier élément de cet appareil photo que je vous ferai découvrir : le Slideshow. Il vous permet tout simplement de monter vos photos avec des effets de transitions de différentes sortes (fade in/fade out, mosaïque, carré, etc) avec une petite musique de fond. 4 type de slisedhow sont disponibles, avec chacun une musique d'attribué. Vous pouvez réuploader vos propres musiques si vous le voulez. Et avec le cable fourni, vous pouvez brancher directement sur une télé.

DSC-N1

Voilà, un long article que je voulais écrire depuis longtemps pour ce fabuleux appareil.

A noter que lorsque je l'ai acheté, le DSC-N2 sortait tout juste. Je pense que c'est le même avec un peu plus de paramétrage, et une résolution maxi de 10MégaPixels...

Escapade à Beverly Hills

Beverly HillsHistoire de ma vie de tous les jours à Los Angeles pendant mon stage.

Ce week-end, ma proie a été Beverly Hills. Ne sachant pas trop où et comment Beverly Hills commençait, je suis descendu du bus à Rodeo Drive, là où s'étaient arrêté d'autres jeunes touristes français la semaine dernière.

Il est 10h du matin, il n'y a pas grande monde dans les rues. Je traverse Wilshire Boulevard pour me rendre sur Rodéo Drive, qui présente un petit bout de rue piétonne en arc de cercle très atypique, dans le genre des villes du sud de la France ou de l'Italie peut-être. Quelques photos et je repars.

Comme les rues sont vides, je marche un peu plus loin pour arriver au quartier résidentiel de Berverly Hills, le long de Santa Monica Boulevard. Ca sent le fric, avec toutes ces grosses maisons et ces belles voitures, toutes avec leur petit écriteau Secured by .... Et puis j'arrive devant un poste de police : Police, city of Beverly Hills. Axel Foley, où es-tu ? Je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser, cherchant désespérément un lieu que j'aurai vu dans le film. Juste derrière, un petit marché de produits locaux.

Petit détour au gré des rues si longues, sous le soleil de Californie, j'arrive au Beverly Center : 5 étages de parking, et au dessus, 3 étages de gallerie marchande. Sony et Apple sont là, je ne peux m'empêcher de rentrer par pur curiosité. Au dernier étage, j'arrive au Cafe LA, food court. Il s'agit en fait d'un grand hall rempli de tables et de chaises pour manger, avec tout autour des fast food.

Mon choix sera un Mongholian Grill (si mes souvenirs sont bons). Tu paies, on te donne un bol que tu remplis avec ce qui se trouve le long de la chaine à plateau : de la viande freezée, des légumes, des condiments, soja etc... Tout cela dans des bacs, avec des couleurs bien tranchée. Presque artistique. Et puis, pour les sauces, c'est la caissière qui revient et met des louchettes de sauces différentes dans votre bol, le recouvre de spaghetti (si s'en est réellement...) et passe ton bol au cuisinier. Il jette l'ensemble du bol sur une immense plaque et enlève les pseudo-spaghetti, pour ne laisser que la viande et les légumes. Le tout frît assez rapidement, avec l'agilité du cuisiner qui ne cesse de retourner ma future assiette, en rajoutant une sauce ou je ne sais quoi. A la fin, il remet les pâtes, pour les chauffer et qu'elles s'imprègnent de l'odeur. Il vous remet tout ceci dans un plat en polystyrène et vous remet ça. Absolument délicieux ! (papilles sensibles s'abstenir)

Après ce repas, retour vers Rodéo Drive, pour m'apercevoir que c'est LA rue touristique de Beverly Hills. Un genre de mini Champs Elysées avec toutes les boutiques de luxe : Gucci, Versace, Luis Vutton, Dior et tant d'autres. A chaque passage devant une porte ouverte, c'est un terrible courant d'air froid qui vous glace les jambes. Ca grouille de touristes en ce dimanche après-midi, tous avec leurs appareils pour se photographier devant les grandes boutiques, toutes aussi étincelantes les unes que les autres, rivalisant d'idées architecturales sublimes. Encore quelques photos de ces devantures et retour par le bus programmé.

Quelques gouttes de pluie arrivent, les premières depuis que je suis là. Mais pas longtemps, et ce fut même agréable; cette petite pluie fine qui rafraichit sans mouiller, en laissant une douce odeur, avec un arrière goût de bitume ici.

Comme d'habitude, les photos sont sur ma gallerie, 60 pour cette fois.

Au fait, y'a des gens qui lisent ce que j'écris ? Le style vous plaît ?
Parce que je n'ai eu que très peu de commentaires... N'hésitez pas !

Sony Ericsson P990i, review après quelques mois de pratique

Sony Ericsson P990iDepuis que j'ai acheté un Sony Ericsson (un T610 à l'époque), je n'achète plus que ça. D'abord le P910i, j'ai depuis quelques mois son successeur, le P990i.
Pour commencer, petit tour du propriétaire avec les caractéristiques techniques.

Après ces beux chiffres, voici mon avis à l'utilisation. Tout d'abord, j'ai la version personnalisée par Orange qui ralentit l'affichage dans les menus par des effets qui n'apportent pas grand chose. On peut y remédier avec ce petit logiciel.

Comme son prédécesseur, ce téléphone propose 2 modes d'utilisation : clapet fermé ou ouvert. Dans la 1ère option, le fonctionnement est le même qu'un téléphone normal, avec les options de connexion et d'appel d'un 3G. Le lecteur audio, couplé à une memory stick de grande capacité le transforme en véritable baladeur MP3. Et avec le casque qui va bien, c'est un régal. On vous appelle ? Les écouteurs bipent et une pression sur le bouton inclus dans le fil coupe la musique et décroche, vous êtes en ligne en kit piéton. Vous raccrochez, la musique reprend.
L'appareil photo intégré de 2Mp permet de faire de jolies photos, avec son autofocus performant et ses options avancées identiques à un compact de Sony.
(Cliquez sur les photos pour agrandir)
Photo p990i - Main
Photo p990i - Mains

Le jog dial (molette sur le côté) est très pratique pour faire défiler les listes et sélectionner les éléments. La touche glissiére de verrouillage des touches est très pratique pour régler le volume en gardant le téléphone dans la poche.

En ouvrant le clapet, le P990i dévoile un écran large et un clavier AZERTY petit mais utilisable (je rédige cet article avec). L'usage du stylet est indispensable avec les menu d'Orange, les icônes étant trop petites. On se retrouve avec 1 téléphone avec toutes les options qui vont avec et un PDA : Word, Excel, Calendrier, Lecteur Audio et Vidéo, etc...
La connexion WiFi 802.11b fonctionne très bien, supportant les clés WEP et WPA. Le navigateur Web intégré, Opera, permet une navigation fluide et agréable, en pouvant réglé le zoom, et passer en mode paysage pour une plus grande lisibilité. Bien sûr, on peut aussi naviguer en utilisant la 3G ou le GPRS, mais c'est plus lent (et plus cher...)

Beucoup me demande ce qu'il en est pour la batterie. Avec une utilisation de 3/4h du lecteur MP3, d'un peu de communication téléphonique, de SMS, de jeux, je recharge un peu plus d'une fois par semaine. Je l'éteins la nuit, la luminosité de l'écran est réglé à 30% et j'ai désactivé la connexion UMTS. C'est donc tout à fait respectable. Et quand les gens le découvre, la première réaction est de dire qu'il est énorme. Comparé à un téléphone "normal", c'est sûr. Mais n'oublions pas qu'il s'agit aussi d'un PDA dans le même appareil. Et puis dans les poches d'un jean, il rentre sans problèmes; cette taille ne m'a jamais gêné.

Un casque audio, comme dans une bulle...

Casque Sony Ericsson HPM-70Ce billet a été rédigé sur mon p990i puis transféré sur le PC pour le transmettre ici.

Décidément, j'adore cette marque. Depuis que j'ai eu mon T610 je ne pense que du bien de Sony Ericsson.

Là je vais vous parler de ce casque. A priori, on se dit que ce n'est pas agréable du tout ces oreillettes que l'on s'enfonce dans les oreilles. Détrompez-vous ! Grâce aux différentes tailles facilement changeables, tout le monde y trouvera son bonheur.

Et puis, quand on les mets, on a tout de suite la sensation d'être isolé du monde, comme dans une bulle (s'en est d'ailleurs presque désagréable en mangeant, on s'entend mâcher par résonnance...)

Mais quand on lance la musique, quel bonheur ! On entend parfaitement les basses comme les aigus, sans pour entend se détruire les oreilles en montant le volume.

Je suis dans le train (et pas un beau TGV) et je devine à peine le bruit des roues sur les rails et quelques voix de demoiselles par ci par là. Un régal je vous dit !

Et pour les audiophiles qui n'ont pas la chance d'avoir un téléphone Sony Ericsson, il existe en casque simple.