nyroBlog
Bannière NyroBlog, par Nyro
Image par Nyro - ?

Tag : Travail


jQuery UI Position : Modifier la fonction de collision

Pour un script de tooltip développé rapidement sur un gros projet en cours, j'ai utilisé le plugin position de jQuery UI.

Cette fonction permet de positionner exactement comme on veut un élément par rapport à un autre. La fonction utlime pour une infobulle.

Et ce plugin vient même avec une détection de collision avec la fenêtre. Autrement dit, si l'élément positionné dépasse de la fenêtre, alors on le positionne de l'autre côté. Un must !

Le seul problème est qu'il n'existe actuellement aucune possibilité de détecter lorsque cela arrive.

En lisant le code de ce plugin, il existe en réalité un moyen très simple pour détecter cette collision et ajouter une classe à l'élément positionné. Dans mon cas, cela me permet de modifier l'affichage de l'infobulle de façon à avoir la flèche du bon côté.

 

Le code en question :

var currentlyPositionning,
    initPos;
$.ui.position.custom = {
    left: function(position, data) {
        initPos = position.left;
        $.ui.position.flip.left(position, data);
        if (initPos != position.left) {
            currentlyPositionning.addClass('tooltipFlip');
        }
    },
    top: function(position, data) {
        initPos = position.top;
        $.ui.position.flip.top(position, data);
        if (initPos != position.top) {
            currentlyPositionning.addClass('tooltipFlip');
        }
    }
};

En réalité, on ajoute simplement une option custom au plugin position. Pour chacune des propriétés top ou left pour lesquels le plugin détecte une collision, on vérifie si la propriété a été modifié par la fonction de détection originelle du plugin. Et si oui, dans mon cas, j'ajoute une classe à l'élément.

Vous avez sans doute remarqué la variable currentlyPositionning ; Elle doit correspondre à l'élément sur lequel on applique actuellement la position. En effet, aucune information dans l'objet data ne permet de remonter jusqu'à cet élément.

 

Enfin, pour utiliser cette nouvelle fonctionnalité, il suffit d'appeler le plugin position comme suit :

currentlyPositionning = elem;
elem.position({
    of: me,
    my: 'left bottom',
    at: 'right top',
    offset: '15px',
    collision: 'custom'
});

Et voilà, le tour est joué.

 

English version of this post.

Embed.ly and his so great customer service

You probably know embed.ly. It is a service which, as its name suggests it, lets embed external content on your own website pretty easily.

The idea of their API is simple: send a media URL of a sharing website (youtube, dailymotion, twitter, google maps, etc... and many others) and the API returns many informations about the media: author, inserted dat, and more important the HTML code to embed the content on your website such as flash player, iframe or others things regarding the needs.

In one word, a real advantage with big time savings for the developper who may propose in a few lines of code a huge number of content sharing sites.

 

Yeah ok, but why are these guys better than others?

I'm coming to it.

 

Since it'sversion 2, nyroModal uses embed.ly to display these kind of content directly on modal windows. From only youtube, my open-source project is passed to a multitide of différent video sites, as well as tweets, google maps, and so on...

So great!

the Embed.ly API was at this time free and without limits, requires no registration and no account on their website.

 

Then Embed.ly evolved. To monetiez their API, they set up various plans and prices. There is still a free API with a minimum of services - same as before - with a 10 000 queries limit per month.

In order to keep nyroModal working, I updated source code on September 17th. I created an API key on embed.ly and use it on my demo page

The commit on GitHub.

 

Ok good. But... nyroModal runs at an average of 1,000 visits per day. A rate of 3 urls that send request to embed.ly, we arrive at the limit in 3 days. Moreover, there is a embed.ly demo page with almost 170 demo links.

In his great goodness, embed.ly sent me an email on September 25 telling me that I came close to this limite (around 8,000). So I decided to place a PHP script to cache embed.ly queries to solve this problem.

On September 26, the commit was sent and I thougt I definitvely solved this problem. Some tests later, it's working great.

 

Good, and embed.ly is when they are friendly and the best of the world?

I'm there.

September, I've got an email telling me I exceeded the limit... Neither one nor two, I plunged back into the code, I analyze and I draw what I send to embed.ly and how I create the file name cache. In fact, jQuery adds a parameter to the query, simply named "_"  to not cache the response.

I immediately coorectedthe bug, commit it, set it up and test it again.

It does not work at all! The answers to embed. Ly are simply empty.

Normal, I exceeded the quota and have to go with a pay plan to continue using the API.

 

I read the email from embed.ly and see : "Please reply to this email with questions."

Without much hope, I write an email explaining the situation and that I did not pay because I do not make money with.

 

Then I click around on the Embed.ly dashboard, read their FAQ, prices, etc...

And only 9 minutes later, I received two answers from embed.ly employees:

Hey Cedric,

If you are just using the key as a demo for nyroModal, then there is no
reason for us to charge you. I've updated your account, but I ask that you
add the IPs that your proxy server is going to hit Embedly from here:
https://app.embed.ly/organizations/nyrodev--nyromodal/ip.

This way we can assure that the key is only being used by the demo site.

Thanks,

Sean

Sean just set my API key to a 50 000 queries par month. Free and without further requests for explanations. I quickly my server IP address as requested, and another answer from another employee came up:

Cédric,

I've reset your monthly counter. Enjoy my friend!

Bob Corsaro

Bob put my account of queries to zero for the current month. Exactly what I expected too.

And voilà. These people got it all. Where some companies would surely seek to charge or request futher explanattions, embed.ly, in 10 minutes solved my probelm and encourage me to make open-source:

We love it when people incorporate Embedly into open source projects and we are happy to help out the developers.

I'm confident that this flexibility in their management is because they are only 4 in the team. They can react quickly as they wish.

 

Finally, use embed.ly! This service works really rellay good and people behing it are at the top of the developper mountain.

Embed.ly, ou comment être au top

Vous connaissez sûrement embed.ly. C'est un service qui, comme son nom l'indique à tout anglo-développeur qui soit, permet d'incroporer des contenus externes sur son site facilement.

L'idée de leur API est simple : on envoie une URL d'un média sur un site de partage de contenu (youtube, dailymotion, twitter, google Maps, etc etc... et de nombreux autres) et l'API nous renvoie un maximum d'informations sur cette vidéo : auteur, date d'ajout, mais surtout, le code HTML pour embeder la vidéo sur son site ; c'est à dire e player Flash, l'iFrame ou autre selon les besoins.

Bref, un réel avantage et gain de temps pour le développeur qui peut proposer, en quelques lignes de code un nombre impressionnant de sites de partage de contenus.

 

Oui bon ok, mais en quoi ils sont géniaux ces gens ?

J'y viens.

 

Depuis sa version 2, nyroModal utilise embed.ly pour afficher les contenus de partage directement dans une modale. De simplement youtube auparavant, le projet open-source est donc passé à une multitude de sites de vidéos différents, mais aussi des tweets, des cartes google, etc...

Un must!

L'API d'Embed.ly était alors gratuite et sans aucune limite, ne nécessitant aucun inscription et compte chez eux.

 

Puis, Embed.ly a évolué. Pour monétiser leur API, ils ont mis en place différents plans et prix pour leur API. Il existe toujours une API libre avec un minimum de service - les mêmes qu'avant- avec une limite de 10 000 requêtes par mois.

Pour que nyroModal continue de fonctionner, j'ai donc mis à jour le code source le 17 septembre en créant une clé chez Embed.ly et en l'incluant sur ma page de démo.

Le commit en question sur GitHub.

 

Oui mais voilà. nyroModal tourne à une moyenne de 1 000 visites par jours. A raison de 3 urls qui envoient des requêtes vers embed.ly, on arrive à la fameuse limite gratuite de 10 000 en 3 jours. Qui plus est, sur la page de démo spéciale embed.ly, on a quelques 170 liens de démo.

 

Dans sa grande bonté, embed.ly m'a envoyé un email le 25 septembre m'indiquant que j'arrivais près de cette limite (environ 8 000). J'ai donc décider de mettre en place un cache en PHP des requêtes faites à embed.ly pour régler le problème.

Le 26 septembre, le commit était envoyé et je pensais avori réglé le problème et être tranquille de ce côté là. Quelques tests, ça marche.

 

Bon, et embed.ly, c'est à quel moment qu'ils sont sympa et les best of the world ?

J'y suis.

Le 27 septembre, je reçois un nouvel email m'indiquant que j'ai dépassé la limite. Ni une ni deux, je replonge dans le code, j'analyse et je trace ce que j'envois à embed.ly et comment je créer le nom du fichier du cache. En réalité, jQuery ajoute un paramètre à la requête, nommé simplement "_" qui permet de ne pas mettre en cache la réponse.

Je corrige immédiatement le bug, le commit, le met en place et teste à nouveau.

Ça ne marche plus du tout ! Les réponses d'embed.ly sont simplement vide.

Normal, j'ai dépassé le quota et dois passer à un plan payant pour continuer à utiliser l'API.

 

Je relis l'email d'embed.ly et je vois : "Please reply to this email with questions."

Sans trop d'espoirs, j'écris un email leur expliquant la situation et que je ne voulais pas payer car je ne gagne pas d'argent avec.

 

Puis je me balade sur le dashboard d'Embed.ly, à lire leur FAQ, leurs prix, etc...

Et seulement 9 minutes plus tard, je reçois 2 réponses d'employés d'embed.ly.

Hey Cedric,

If you are just using the key as a demo for nyroModal, then there is no
reason for us to charge you. I've updated your account, but I ask that you
add the IPs that your proxy server is going to hit Embedly from here:
https://app.embed.ly/organizations/nyrodev--nyromodal/ip.

This way we can assure that the key is only being used by the demo site.

Thanks,

Sean

Ce Sean a simplement passé mon abonnement à 50 000 requêtes par mois. Gratuitement et sans autres demandes d'explications. Je m'exécute à ajouter l'adresse IP de mon serveur comme demandée, et une autre réponse d'un autre employé :

Cédric,

I've reset your monthly counter. Enjoy my friend!

Bob Corsaro

Lui a remis mon compte à zéro pour le mois en cours. Niquel aussi.

Alors voilà. Ces gens ont tout compris. Là où certaines entreprises auraient sûrement chercher à faire payer ou demander plus d'explications, recherche un peu plus que ça, eux ont, en 10 minutes seulement, résolu mon problème et même encourager à faire de l'open-source :

We love it when people incorporate Embedly into open source projects and we are happy to help out the developers.

Je suis persuadé que cette souplesse dans leur gestion est dû au fait qu'il ne soit que 4 dans l'équipe. Ils peuvent réagir rapidement et comme ils le veulent.

 

Pour conclure, utilisez embed.ly ! Ce service fonctionne du feu de dieu et les gens qui sont derrière sont au top.

Environnement de travail - Revival

En 2006, j'avais décris ma façon de travailler, et plus particulièrement les logiciels que j'utilisais.

Et si, 4 ans après, on refaisait la même chose ? (histoire de le mettre au goût du jour, et raviver la flamme de ce blog ?)

Allez hop, c'est parti.

Je suis maintenant sur Windows 7 Edition Familiale Premimum. Je ne m'embête plus à essayer d'autres OS ou des choses comme ça, ça me convient tout à fait. J'ai maintenant un joli écran 23 pouces devant moi et un vrai beau clavier. Un vrai ordinateur fixe, ça change du PC portable. Plsu d'espace et plus libre pour la disposition. Et puis comme le dual screen c'est vraiment pratique, un écran 17 pouces sur le côté.

Les logiciels maintenant : Firefox évidemment pour tous les développements, avec comme extension :

  • FireBug pour le déboggage JavaScript, mais aussi et surtout pour l'édition de live de la CSS : je créé mon HTML, j'ouvre Firebug et créé ma CSS en live pour voir directement le résultat. Une fois bon, copier/coller dans le fichier CSS, on réactualise et on passe à la suite.
  • Page Speed et YSlow pour vérifier les performances des sites
  • FireQuey indispensable pour le développement jQuery
  • Tab Mix Plus pour gérer le fonctionnement des onglets comme je veux
  • Web Developer généralement pour vider le cache, désactiver le JavaScript
  • Firefox Sync pour ne plus s'embetter à sauvegarder favoris, mot de passe et tout plein d'autres trucs
  • Echofon pour twitter...

Mais aujourd'hui, j'utilise aussi Chrome pour la plupart de mes navigations privées (facebook par exemple) et visualiser quelques autres sites plus smooth avec celui-ci.

IE8 est là aussi pour les tests, et le mode compatibilité pour IE7 qui permet de tester 2 navigateurs en 1. Une machine virtuelle avec VirtualBox sur Windows XP est toujours indispensable pour les test IE6, quand le client le demande expressément (le cas pour Cartier - Love par exemple)

On a fait le tour côté navigateur. Le serveur, j'utilise maintenant Wamp qui a remplacé depuis bien longtemps le vieillissant EasyPhp.

FileZilla est toujours là aussi pour les transferts FTP. Les fonctionnalités "navigation synchronisée" et "Comparaison des dossiers" sont devenus indispensables pour, d'une part, ne pas écraser un fichier plus récent, et d'autre part, n'envoyer que les nouveaux fichiers, qu'on peut visualiser d'un seul coup d'œil.

Oh, et pour le développement à proprement parler ? Dans quoi j'écris véritablement mes lignes de code ? Dans Netbeans bien sûr. Rapide, efficace, complétion correcte, il correspond exactement à ce dont j'ai besoin. Le CTRL+R pour renommer une variable est des plus efficaces, le CTRL+B pour aller à la déclaration d'une fonction ou variable aussi. un code bien commenté à la javaDoc est indispensable pour bien l'utiliser. Ça tombe bien, c'est le cas de nyroFwk !

J'ai quand même toujours un Notepad++ qui traîne pour l'édition rapide depuis Filezilla ou bien pour les JS ou CSS, quand NetBeans n'est pas très utile.

Voilà pour les principaux. En vrac, on citera aussi :

  • Thunberbird qui est mon fidèle partenaire pour tous mes e-mail depuis 2005
  • Foxit Reader pour lire les PDF à la vitesse de l'éclair
  • VLC pour lire les musiques bien plus vite que le vieillissant Winamp
  • Le vieux mais non moins efficace PuTTY pour les connexions SSH
  • OpenOffice.org pour tous les traitements de texte et excel

Et vous alors, vous utilisez quoi ?

nyroFwk, Framework PHP - Présentation

Ceci est un brouillon d'introducion à la documentation de nyroFwk. Toutes remarques, suggestions ou questions pour l'améliorer est la bienvenue !

Vendredi dernier, j'ai mis en ligne l'API et le svn (user : anon / passe : anon) de nyroFwk.

Bon c'est très bien tout ça, mais qu'est-ce que c'est ?

Pour commencer, petit extrai de wikipedia : Un framework est un kit de composants logiciels structurels, qui définissent les fondations ainsi que les grandes lignes de l'organisation de tout ou partie d'un logiciel.

Oui, mais des frameworks PHP, il en existe des tas, non ?
Oui, on peut signaler symfony, Zend Framework et CakePHP ici. J'ai testé ces 3 là plus ou moins fortement. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Mais aucun ne répondait exactement à mes besoins et habitudes de développements. Alors quand quelque chose ne me convient pas, moi, je le refais, tout simplement (comme nyroModal par exemple)

Alors qu'est-ce que je n'aime pas ou j'aime dans ces frameworks ?
  • CakePHP : la gestion des bases de données et des objets associés. A l'époque où j'avais testé, on était obligé de modifier les objets lorsqu'on avait des relations entre différents objets. Et puis je n'ai jamais réussi a vraiment faire quelque chose de bien avec. Pas forcément réellement tout testé non plus, je dois bien l'avouer. Là où CakePHP marque des points, c'est dans la génération automatique de l'administration et toutes les fonctionnalités ajax super simple à implémenter.
  • Zend Framework : Je ne l'ai jamais concrètement utilisé car il me paraissait trop énorme. Ce framework a absolument tout ce dont on peut rêver. L'organisation des fichiers, de la documentation et de tout ce qui va autour de ce framework est géniale.
  • Symfony : c'est celui que j'ai le plus utilisé (et que j'utilsie encore). J'aime bien la génération automatique des objets de base de données, même si je trouve cela dommage de devoir regénérer ça à chaque modification de la base de donnée. J'aime pas le grand nombre de fichiers de configuration et encore moins tous les différents formats possibles. Pourquoi s'embetter et donc ralentire le processus avec des fichiers YAML alors qu'un simple tableau PHP fait très bien l'affaire ? La barre de débuggage peut être très utile. La séparation des classes de chaque controller pose problèmes ; dans certains cas, on est obligé de réécrire le code...
Et puis il y a plein d'autres choses qui ne sont pas dans ces frameworks, comme :
  • Gestion simple de formulaire permettant d'ajouter des champs, de vérifier s'il est valide, de le remplir, de récupérer les valeurs, etc...
  • Intégration des règles d'opitimisations de yahoo developper simplement et de base
  • Gestion des images souples, rapide et efficace
  • Intégration d'un éditeur WYSIWYG simple
  • Gestion des fichiers envoyés par les utilsiateurs sécurisée (ie : possibilité de restreindre l'affichage de ces fichiers qu'aux utilsiateurs connectés)
  • Tout est objet
Vous l'aurez compris, ces éléments sont intégrés de base dans nyroFwk.

Dans mon framework, chaque objet a sa propre configuration, qui hérite de toutes la configuration de ses parents. Chaque configuration est définie de base par le framework mais est modifiable pour chaque site très simplement. Suivant les besoins, on peut aussi modifier la configuration de chaque classe suivant le controller (front ou admin). Prenons un exemple, plus parlant. La classe response_http_html gère tout ce qui sera envoyé au navigateur lorsque la page demandée est en HTML. Elle hérite de la classe reponse_http, qui elle hérite de la classe reponse_abstract qui hérite de object. La définition de cette classe est dans le fichier nyro/response/http/html.class.php. Sa configuration est dans le fichier nyro/response/http/html.cfg.php est conteint (extrait) :
$cfg = array(
    'meta'=>array(
        'robots'=>'index, follow',
        'description'=>'nyro project',
        'keywords'=>'nyro, project',
        'language'=>request::get('lang'),
    ),
);
On définit donc les balises meta par défaut de toutes les réponses HTML. A noter que la langue ici est dynamique sera en rapport avec la langue demandée par l'utilisateur (explications plus tard).

Cette configuration est là pour définir des éléments par défaut, mais doit bien évidemment être modifié pour chaque site. Pour ce faire, chaque site aura un dossier personnel dans lequel il doit définir ses classes propres aux sites, mais aussi toutes ces configurations. Ce dossier se nomme par défaut my dans nyroFwk et est placé juste à côté du dossier nyro.

Dans ce dossier propre à chaque site, on peut aussi redéfinir chaque classe de nyroFwk. En effet, à la demande de chaque classe, le framework va vérifier si le fichier correspondant à la classe existe dans le dossier my au bon endroit. Sinon, il cherchera dans le dossier de base du framework. Un mécanisme similaire est utilisé pour les configurations. Au lieu de remplacer la configuration, on va fusionner les configurations successives de la classe, en gardant bien sûr le plus spécifique. Par exemple, pour nyrodev.com, le fichier my/response/http/html.cfg.php ressemble à (extrait) :
$cfg = array(
    'meta'=>array(
        'title'=>'nyroDev, Analyste Développeur Web (PHP, jQuery)',
        'description'=>'Cédric Nirousset, nyroDev : Conception, Analyse et Développement de sites web (PHP, jQuery).',
    ),
);
Je redéfinis les balises meta title et description pour mon site public.

Les configurations sont un point très important pour nyroFwk. C'est pourquoi il est possible de définir encore plus finement ces configurations. Tout d'abord, on peut spécifier le controller de la configuration si on veut être plus précis. Pour mon site, l'administration porte le nom de controller 'admin' et le site public 'front' (par défaut dans nyroFwk). Pour l'administration, on n'a pas besoin des meta description par exemple. C'est la raison pour laquelle le fichier de configuration du site public ne se nomme pas comme je l'ai indiqué plus haut, mais en réalité my/response/http/html.front.cfg.php. Vous avez remarquer le front en plus qui indique que l'on veut l'affciher que pour le site public. Juste à côté, le fichier my/response/http/html.admin.cfg.php existe pour définir les éléments pour l'administration.

Avec ce système, on a déjà quelque chose de tout à fait souple. Mais ce n'est pas fini ! nyroFwk gère les sites multilangues de base. Son fonctionnement est :
  • On définit une langue par défaut
  • On définit les langues disponibles
  • Si l'URL demandé est du type : monsite.com/LANG/maPage avec LANG une langue définit, alors on passe dans la langue demandée.
Bien, et alors, le rapport avec les fichiers de configuration ? Simple, en plus de la spécification par rapport au controller, les fichiers de configuration permettent aussi de spécifier une configuration spécifique pour la langue demandée. Exemple pour mon site qui est aussi disponible en anglais, le fichier my/response/http/html.front.en.cfg.php contient :
$cfg = array(
    'meta'=>array(
        'title'=>'nyroDev, Analyst Developper Web (english) (PHP, jQuery)',
        'description'=>'Cédric Nirousset, nyroDev: Conception, Analysis and Development of websites (PHP, jQuery).',
    ),
);
Ce mécanisme est utilisé à plusieurs endroits dans nyroFwk pour définir des messages à l'utilisateurs. Et comme vous l'avez remarques, ces fichiers sont de vrais fichier PHP. Donc rien ne vous empêchera, quand vous serez plus à l'aise avec le framework, d'utiliser des classes avec des fonctions statiques pour faire d'autres choses comme par exemple utiliser la base de donnée pour modifier ces éléments...

Et n'oubliez pas : les configurations sont successives et n'écrasent pas les autres configurations, aussi bien des classes parentes, mais aussi des configurations du controller et de langue. Ainsi, pour la classe response_http_html, la configuration est le résultat de la fusion des configurations (le plus bas étant le plus prédominant) :
  1. nyro/object.cfg.php
  2. nyro/object.fr.cfg.php
  3. nyro/object.front.cfg.php
  4. nyro/object.front.fr.cfg.php
  5. my/object.cfg.php
  6. my/object.fr.cfg.php
  7. my/object.front.cfg.php
  8. my/object.front.fr.cfg.php
  9. nyro/response_abstract.cfg.php
  10. nyro/response_abstract.fr.cfg.php
  11. nyro/response_abstract.front.cfg.php
  12. nyro/response_abstract.front.fr.cfg.php
  13. my/response_abstract.cfg.php
  14. my/response_abstract.fr.cfg.php
  15. my/response_abstract.front.cfg.php
  16. my/response_abstract.front.fr.cfg.php
  17. nyro/response_http.cfg.php
  18. nyro/response_http.fr.cfg.php
  19. nyro/response_http.front.cfg.php
  20. nyro/response_http.front.fr.cfg.php
  21. my/response_http.cfg.php
  22. my/response_http.fr.cfg.php
  23. my/response_http.front.cfg.php
  24. my/response_http.front.fr.cfg.php
  25. nyro/response_http_html.cfg.php
  26. nyro/response_http_html.fr.cfg.php
  27. nyro/response_http_html.front.cfg.php
  28. nyro/response_http_html.front.fr.cfg.php
  29. my/response_http_html.cfg.php
  30. my/response_http_html.fr.cfg.php
  31. my/response_http_html.front.cfg.php
  32. my/response_http_html.front.fr.cfg.php
Bien sûr, ces fichiers ne sont utilisés que s'ils existent ! Et ceci avec n'importe quelle classe du framework.

Mais je dois créer un fichier pour chaque classe qui en a besoin ? Au début, c'était le cas oui. Mais je me suis aperçu que cela pouvoit devenir très vite long et fastidieux. Ce mécanisme existe toujours et est toujours utilisé car dans certains cas indispensable, mais il existe un autre moyen. En effet, la configuration de la classe nyro permet de modifier la configuration de n'importe quelle classe dans un seul et même fichier de configuration. Par exemple, on aurait pu définir les éléments montrés précédemment dans le fichier my/nyro.front.cfg.php de cette façon :
$cfg = array(
    'response_http_html'=>array(
        'meta'=>array(
            'title'=>'nyroDev, Analyst Developper Web (english) (PHP, jQuery)',
            'description'=>'Cédric Nirousset, nyroDev: Conception, Analysis and Development of websites (PHP, jQuery).',

        ),
    ),
'une_autre_classe'=>array(
'uneAutreConfig'=>'yeah'
),
);
Cette configuration est utilisé en dernier lieu pour créer la configuration de chaque classe.

Vous avez d'ailleurs remarqué la classe object ? Toutes les classes instanciables héritent de cette classe, ce qui permet une gestion centralisée et uniforme des configurations et de la création des objets.

Bon, voilà déjà pour la configuration.

Pour revenir sur les fonctionnalités du framework, voici une liste (sans doute non exhaustive) de ce que gère pour l'instant nyroFwk :
  • Programmation orientée objet
  • Configuration avancée et très souple des classes
  • Gestion des sites multilingues
  • Gestion des bases de données multilingues avec récupération automatique des données propre à la langue
  • Configuration de base de donénes multiples
  • Gestion des utilsiateurs et de leur connexion, vérifications des accès, etc...
  • Gestion des formulaires avancées et souples : validation, affichage, etc...
  • Manipulation des images simplement, avec souplesse et efficacement
  • Création de formulaires directement depuis la structure de la base de données (gestion des données liées et en relation)
  • Création de l'administration automatique
  • Minimisation en un seul fichier compressé des fichiers JavaScript et CSS nécessaire à la page
  • Application d'un maximum de règle d'optimisations données par Yahoo
  • Barre de débogage
  • Editeur WYSIWYG (tinyMce) très simplement intégrable
  • jQuery et jQuery UI intégré
  • Ajax ready : différents templates s'il s'agit d'une requêtes ajax
  • Extensibilité simple et accrue : tout peut être redéfini
  • etc...
Fiou, ça n'a pas été une mince affaire de rédiger tout ça... J'espère que ça vous donne déjà une meilleure idée de ce qu'est nyroFwk et que vous aurez envie d'en savoir plus...