nyroBlog
Bannière NyroBlog, par Nyro
Image par Nyro - ?

A Los Angeles

Histoire de ma vie de tous les jours à Los Angeles pendant mon stage.

Ca fait bientôt 24h que je n'ai pas dormi, mais je tiens le coup !

Un message rapide avant d'aller rejoindre Morphée :

  • Voyage en avion sans encombres, merci Swiss Airline
  • Arrivée à Los Angeles un peu lognue pour la vérification des visas
  • La personne chez qui je loge était bien là : bien sympa, dans une vieille Ford
  • Connecté depuis un coffee shop, c'est sympa

Reste plus qu'à voir comment ça sera demain, après une bonne nuit de sommeil.

PHP : un système de cache très simple et efficace

Lorsqu'on doit lister des éléments provenant d'une base de données avec énormément de liaisons dans la requête, le traitement prend quelques secondes et le serveur en prend un coup à chaque affichage de page.

Pour palier à ça, il faut mettre en place un système de cache des pages de listing.

Un système de cache consiste en l'enregistrement de la page une fois totalement traitée (donc ce qu'on affiche, le code HTML final) puis à le ressortir lors de l'appel suivant de la même page. Bien sûr, dans tout bon système de cache, on peut spécifier la durée de vie de ce cache (1 heure par exemple) pour qu'il soit effacé au delà et remplacé par un nouveau.

Avec ceci, on gagne donc en ressource serveur (beaucoup moins de connexions vers le serveur MySQL) mais les pages affichées ne sont pas synchronisées à l'instant T, on a 1 heure maximum de décalage. Même si ce n'est pas énorme, ce peut être handicapant dans certains cas, il faut le garder à l'esprit.

Pour un site que j'ai mis en ligne samedi dernier, qui utilise jusqu'à 11 tables dans ses listings, j'ai dû mettre en place un tel système pour gagner en temps d'affichage. L'avantage est que les listings changent une ou deux fois par jour au grand maximum, pas du tout pour la plupart. Le temps du cache est donc pour l'instant d'une heure, mais il est possible que je le monte à 2 voir 3 heures.

Pour mettre en place un tel système, j'ai regardé s'il n'existait pas un bout de code ou une classe sous licence GPL prête à l'emploi. Après quelques googlisations, j'ai trouvé mon bonheur.

Un petit tour dans le code pour changer le dossier d'enregistrement du cache afin de le rendre inaccessible depuis le site, et pour voir comment il générait ses noms de cache.

Il utilise simplement l'URL de la page demandée, y ajoute tous les paramètres donnés en GET et en fait le MD5 (pour avoir toujours la même longueur de nom fichier et pas de problèmes avec des caractères spéciaux) et y donne l'extension .cache.

Le gros plus de cette classe, c'est qu'elle permet de mettre en cache la page PHP zone par zone. On peut ainsi imaginer une page avec une partie sans cache (le menu avec les infos de connexion par exemple), une partie avec un cache d'une heure (un listing qui change assez souvent) et une partie avec un cache d'une journée (un classement journalier par exemple).

De plus, si vous voulez forcer la reconstruction du cache, il suffit de mettre le paramètre rebuild en GET dans l'URL de la page.

Une classe à ajouter à votre librairie de toute urgence ! (et le site dans vos favoris...)


Modification de décembre 2010

Comme le fichier n'est plus accessible depuis le lien donné plus haut, voici le fichier que j'avais gardé dans mes archives.

Un ministère sur Skyblog ?

Et oui, c'est possible !

Fadela Amara, Secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, a ouvert deux blogs.

Le premier est un "blog officiel qui s'adressera à l'ensemble de nos concitoyens pour les entendre sur la politique de la ville qui n'a pas vocation à s'adresser uniquement à une catégorie de population", a-t-elle indiqué. Le second, accueilli sur la plateforme skyblog.com de la radio musicale Skyrock - première radio des 13-24 ans - vise les jeunes. "Il faut que la jeunesse se sente partie prenante du plan banlieue. Ce sera une discussion en direct avec les jeunes des quartiers en difficulté. Je veux libérer cette parole-là."

Et à la vue de quelques commentaires, je plains les préposé à ce blog pour la validation des commentaires...
Quelques extraits :

Je mais un commentaire pour dire que moi la politique je ne mis interaissent pas trop sauf dernièrement lors des elections presidentielle mais je n'ai pas encore vraiment un opinion

Je m'y suiis déjà iinteressey , may iil ya bcp de priiviileges pr ley persOnnes agey , ke pr nOus ley jeunes... Ce que je tve nul' parce que je pense qu'On pOurraiit fayre bcp de chOz ! Pr ley "viieux" ey pr ley jeunes !!

Et encore tellement d'autres.

Tout pousse les jeunes qui arrivent sur ce blog à commenter : tutoiement, questionnement (dans le texte ou dans les vidéos). La plupart des billets ont une vidéo et deux phrases, le plus souvent des questions.

Sur les 12 billets actuels du blog, 11 ont été postés le 30 juillet à la suite, à partir de 19h20. Le dernier date du 31 juillet vers 12h30. A voir donc si de nouveaux billets vont arriver ou pas et si ce qui ressort des commentaires est vraiment prix en compte.

Source : Le monde informatique

PHP/MySQL : Mettre en place des catégories sur différents niveaux

On a toujours besoin de trier ses produits, articles, billet ou autres dans des catégories.

Si on en a beaucoup, on veut pouvoir d?finir plusieurs niveaux de catégories.

Je vais vous montrer ici comment on peut simplement gérer différents niveaux de catégories. Par exemple, on peut avoir :

Auto-Moto
Auto
Berline
4x4
Coupé
Moto
125
250
Immobilier
Location
Achat

On voit ici qu'on peut aller jusqu'à 3 niveaux de profondeur (Berline ou 125 par exemple) mais qu'on a aussi des catégories au 2ème niveau (Location). Avec un nombre fixe de niveaux, c'est assez simple : une table MySQL pour chaque niveau, avec chacun un identifiant vers sa catégorie mère et le tour est joué. Là, nous allons devoir faire autrement.

1) La table MySQL
Pour commencer, voici la structure de la table MySQL que j'utilise :

CREATE TABLE cat (
id_cat int not null auto_increment primary key,
rid_cat int default '0',
nom varchar(50) not null
);

id_cat : identifiant unique de la catégorie.
rid_cat : clé étrangère, qui fait référence à la catégorie mère, s'il y en a une.
nom : le nom de la catégorie.

Avec cette table, n'importe quel élément qui doit être rattaché à une catégorie le sera avec son id_cat, indifférement de son niveau, puisque toutes les catégories sont stockées dans cette même table.

Maintenant que la façon de stockée ces catégories est en place, voyons comment tirer parti de cette structure

2) La récupération des catégories mères
Pour la navigation, il est toujours agréable de mettre en place en haut de la page le cheminement des catégories depuis l'accueil.
Par exemple Accueil > Auto-Moto > Auto quand on se trouve sur la page des autos, avec un lien sur chaque intitulé pour revenir sur la page concernée.

Pour récupérer toutes les catégories mères d'une catégorie donnée, nous allons utiliser une fonction récursive. Les mathophobes, rester avec nous, il n'y a pas de grands rapports avec les suites ou séries mathématiques que vous connaissez. Le rapport vient du fait que cette fonction va faire des appels à elle-même pour avancer dans la hiérarchie. Voici cette fonction PHP :

function recupMere($idCat) {
$data = mysql_fetch_array(mysql_query("SELECT id_cat,rid_cat,nom FROM cat WHERE id_cat='$idCat'"));
$ret = '';
if (!empty($data['rid_cat'])) $ret = recupMere($data['rid_cat']).' > ';
$ret.= $data['nom'];
return $ret;
}

En fait, on continue la recherche de la mère tant que rid_cat n'est pas vide. A chaque nouvelle catégorie rencontrée, on concatène avec > comme séparateur pour arriver au résultat escompté.

3) La récupération des catégories filles
Pour la première fonction, la simplicité venait du fait qu'une catégorie a 0 ou 1 catégorie mère, ce qui permet de créer la chaine simplement. Pour récupérer les filles, c'est un peu plus compliqué selon ce qu'on veut en faire. Voici par exemple une fonction permettant de créer une liste déroulante avec toutes les sous-catégories de la catégorie demandée :

function selFilles($idCat=0, $mere='') {
$ret = '';
$req = mysql_query("SELECT id_cat,nom FROM cat WHERE rid_cat='$idCat'");
while ($row = mysql_fetch_array($req)) {
$ret.= ''."\n";
$ret.= selFilles($row['id_cat'],$mere.$row['nom'].' > ');
}
return $ret;
}
Le premier paramètre sert à spécifier la catégories à partir de laquelle on veut afficher les sous-catégories. Par défaut il vaut 0, ce qui veut dire qu'on afficherait toutes les catégories de la base. Avec notre exemple, on obtiendrai ceci :
Le second paramètre est utilisé pour conserver le chemin parcourut jusque là. On aurait pu aussi rappeler la première fonction, mais on économise ainsi des requêtes MySQL, autant ne pas s'en priver !

Bien sûr, on peut imaginer des autres applications, pour sortir les catégories dans un fichier XML pour une utilisation dans Flash par exemple.

Vous pouvez télécharger les sources, avec quelques exemples et la base de donnée utilisée dans l'exemple.

Si vous avez d'autres idées ou suggestions pour cet article, n'hésitez pas, les commentaires sont là pour ça.

Visa OK, départ très bientôt

Jeudi dernier, j'avais mon RDV à l'ambassade américaine pour mon Visa américain.

Petit rapport :

- Arrivée vers 7h15 devant l'ambassade, déjà une trentaine de personnes devant moi. La 1ère chose est de montrer son passeport pour qu'il vérifie que vous avez bien un RDV aujourd'hui, et le justificatif du paiement des 80 € de frais par mandat-compte
- Ensuite, on avance un peu le long de l'ambassade pour refaire la queue pour véritablement entrer dans l'ambassade. Juque là, on est toujours dehors, sur le trottoir, derrière des barrières. (Le calvaire s'il pleut...)
- Vers 7h45, ils commencent à faire rentrer les gens. Là, il faut montrer patte blanche : son passeport, éteindre le téléphone portable, donner ses clés etc... Passage dans un détecteur de métaux. Si vous avez des objets cités précédement, ils sont mis dans un sac plastique puis dans un coffre, et on vous remet un badge pour les récupérer à la sortie.
- A l'entrée dans l'ambassade, il faut prendre un ticket (comme à la boucherie) sur une borne numérique. Puis on va dans la salle d'attente, pour attendre son numéro. 20 guichets nous entoure, et la salle se remplit petit à petit...
- Lorsque son numéro arrive, on va au guichet indiqué et là, il s'agit simplement d'une vérification des papiers : DS156, DS157, DS158, DS2019, les différents justificatifs de paiement, l'enveloppe Chronopost, le passeport, la photo et peut-être d'autres que j'oublie... Si vous avez tous vos pepiers remplis et signés correctement, aucun problème.
- Ensuite, vous repatientez à nouveau dans la même salle pour attendre l'entretien à proprement parlé. Il est maintenant près de 9h00. Vous attendez, vous ne savez pas quelle heure il est, quel numéro vous êtes, ce que vous allez dire. Vous y réfléchissez, vous vous demandez ce que vous faites là, vous entendez les chiffres défilés. Bref, on perd la tête. Et puis le numéro arrive. On se dirige vers le guichet.
- Et là, on nous parle français (ouf...) pour poser 4 questions : "Vous allez bien ?", "Alors, pourquoi vous venez chez nous ?", "Que font vos parents ?" et "Qu'allez vous faire après ?" Et puis on vous dit : "Ok, vous recevrez votre Visa d'ici 2/3 jours." Tellement c'est rapide, on se sent obligé de demander une confirmation "C'est tout, c'est bon, j'ai mon Visa ?" "Oui oui, c'est bon".
- Grand sourire, et sortie de l'ambassade, à 10h15.
- 2 jours plus tard, réception de l'enveloppe avec 2 papiers et le passeport, nouvellement agrémenté d'un joli Visa :
Visa

Voilà le périple du Visa !
Plus qu'à préparer les bagages et on est bon pour partir, dans 12 jours !

Et puis, ce RDV à l'ambassade a été aussi le moyen de faire visiter la capitale à mon petit frère, pour faire les touristes. Arrivée en débu d'après-midi la veille et départ le soir. Pas moins de 600 photos à nous 2.

En voici quelques une :

La Défense Tour Eiffel Coeur sur le Champ de Mars, depuis la Tour Eiffel Tour Eiffel, depuis le second étage Ombre de la Tour Eiffel Sacré Coeur



907 (sur les Champs Elysées) Vol d'oiseau au dessus du Louvre Louvre Notre Dame de Paris le métro au Père Lachaise