nyroBlog
Ban NyroBlog, by Emi
Image by Emi - ?

Tag: Pub


Dans la publicité

Qu'est-ce qui se dit, se fait, se passe dans la publicité ?

Des éléments de réponse :

Dans la publicité

Siméo, artiste à découvrir

Siméo Hier, en 1ère partie de Raspigaous, une belle découverte musicale : Siméo.

Un savant mélange de guitarres, de clavier et de batterie, tout ça tout seul, à la mode d'Anaïs avec des textes tranchants sur mille et une voix différente.

Il enregistre ses rythmes, et donne des coups de pédale pour y mettre les effets désirés. Sur scène, j'ai pu remarqué que le régisseur son (le monsieur à la platine derrière) a aussi un rôle très important puisqu'il coupe certaines voix selon les gestes de l'artiste dissimulé dans sa "choré".

Bref, Siméo, un artiste à découvrir.

Soirée télé

Hier soir, j'ai eu le droit à une séance télé par intermittence (ça faisait longtemps que je n'avais pas regardé le transistor autant de temps en une soirée).

En Vrac : NCIS, Numb3rs (que j'aime bien pour son apsect mathématisation et représentation du monde qui nous entoure par des fonctions), un léger coup de Star Ac (nan, je n'étais pas chez moi, j'ai pas eu le choix) pour savoir que Bastien est éliminé (Bastien, c'est qui celui là ? J'en sais pas plus...), Sans aucun doute et son lot d'Arnaques et de super Courbet qui arrange tout ça, et enfin, pour s'endormir, un peu de musique sur M6 avec Club.

Mais vous vous dites : "Mais pourquoi il nous parle de tout ça ?"

Pour 2 choses : La première, entre toutes ces émissions et quelques zapping, il y a bien sûr la pub, notamment 2 qui m'ont marquées : celle de Canal+ avec les militaires et le traitement des images (elle est vieille je crois) et celle de Yahoo. Quand je l'ai vue, je me suis dit, tiens Yahoo qui refait de la pub, ça faisait longtemps; le résultat de leur perte de parts de marché ?

La seconde, est la réflexion que j'ai eu devant Club : regarder (écouter ?) de la musique, ce n'est pas ce qui demande le plus de matière grise... Donc, je me suis amuser à comparer la télé au web, en m'attachant à leur avenir propre.

Pour la télé, on peut s'appercevoir qu'on veut faire de la vidéo à la demande, lorsqu'on arrive sur une chaîne, on a l'émission que l'on veut, ou plus simplement, on veut regarder des émissions en différé (disque dur de la freebox ou de canal+...) Bref, on veut faire de la video on demand.

Pour le web maintenant, on s'aperçoit que c'est le cheminement inverse. Actuellement, l'utilisateur est acteur de son parcours à 100%, choisissant le média [1] auquel il veut accéder en cliquant sur les liens hypertextes. Mais cette tendance s'inverse, grâce notamment aux services web 2.0 qui sont de plus en plus utilisés.

Prenons l'exemple du RSS. Avant, pour lire un article, il fallait se rendre sur le site émetteur de cet article, cherché un peu, et enfin accéder à ce qu'on voulait vraiment lire (sans pour autant qu'on sache ce que l'on voulait lire au départ). Aujourd'hui, avec un agrégateur RSS, on choisit les sites (ou partie de site) que l'on veut lire, et le média considéré vient à nous, lorsque l'agrégateur actualise les flux...

Bon jusque là, ce ne sont que de simples observations. Imaginez maintenant, considérant ces 2 éléments, ce que pourrait devenir le web (et dans le même temps la télé) de demain.

Pourquoi la conjoncture des 2 ne serait-elle pas l'avenir du web ? Un savant mélange de Web 2.0 et de média fournis aux bons moments, aux bonnes personnes. Un genre de Podcast dédié à la fois au son, à la vidéo, aux informations textuelles, aux images (pour résumé, à tous types de média informatif ou lucratif) agrégé automatiquement aux bonnes personnes, sans qu'elles le choisissent intentionnelement. On pourrait imaginer un système basé sur les habitudes de l'ensemble des utilisateurs et leurs similiratés respectives (on se rappelle ici Pandora et ses recommendations de musiques). Ces calculs (on ne peut plus complexe) permettraient de fournir le média en adéquation totale avec l'utilisateur considéré.

Voilà, ma petite analyse personnelle de l'avenir du web (2.0 ?), ce que pourrait devenir un mélange entre télévision et internet. Je ne sais pas si j'ai été assez clair. Même pour moi, c'est flou dans ma tête. Il ne faut pas s'attacher aux moyens techniques qui permettraient d'y arriver, mais véritablement à l'idée d'un tel système.

Qu'en pensez-vous ? Des idées à ajouter ?

[1] média : je choisi le terme média pour prendre en compte ici tous les formats numériques que l'on peut transporter : textes, images, vidéos, musiques etc... J'aurai pu parler d'information, mais beaucoup (et moi le premier) aurait sans doute fait l'amalgame avec les informations du JT de 20h.

18 18, le 118 218 Version Suisse

18 18En France, on a connu les pubs intrigantes du 118 218, avec la montée en puissance du buzz au fil des semaines.

En suisse, le 111 (l'équivalent de notre défunt 12) disparaîtra le 1er janvier 2007. Donc, la guerre des numéros de renseignements payants a commencé.

Le numéro (éditeur du 118 218) a lancé sa campagne pour son numéro suisse, sur la même idée qu'en France :

  • une musique des années 70's (Daddy Cool de Boney M.) avec sa reprise qui prône le numéro
  • 2 bons hommes avec un style "Véronik et Davina" revisité qui se prennent pour des champions du step (cette fois-ci, ils sont en roller)
  • un site flash fait par Kassius
  • Déjà "une tournée" de prévue, le Skiss Tour

Bref, tous les éléments qui ont fait le succès publicitaire du 118 218 sont réunis ici pour le 18 18, son cousin helvétique.

Attendons de voir ce qu'ils nous réservent...

(si des amis suisses passent par là, donnez-nous votre avis !)

Cyber-Budget, prenez les commandes du budget de la France le temps d'un jeu

Cyber-BudgetEn lisant le magazine Industries, je tombe sur un petit fly publicitaire invitant à se rendre sur un site (on apprécira l'anagramme entre Bercy et Cyber...), pour mieux comprendre le budget de la France, via un jeu où l'on se prend pour le ministre du budget.

Description du jeu : On commence par rentré son pseudo, qui sera utilisé tout au long du jeu. Ensuite, petits textes d'explication du pourquoi de ce jeu, et de comment se passe le déroulement du jeu.

En fait, il est découpé en 3 missions :

  • Mission 1 : Connaître les termes du budget et avoir quelques notions de grandeur
  • Mission 2 : Programmation du budget
  • Mission 3 : Gérer le budget au jour le jour en réagissant aux actualités pendant 3 ans

Tout ceci se fait dans une atmosphère sympathique, à coups de petits sons d'alertes agréables, et d'animations fluides bien faites.

En fait, on découvre (ou redécouvre) pas mal de choses tout en n'ayant l'impression d'en apprendre sur le fonctionnement du budget porte-monnaie de son pays, a travers des jeux, des interviews de journalistes, des réunions de ministre.

La dernière mission est la plus longue et sans doute la plus intéressante : des événements se produisent et vous devez prendre des décisions rapidement, avec 3 solutions possibles, qui vont avoir des incidences directes sur votre budget, modifiant le déficit, la dette etc...

Bref, un jeu totalement interractif.

Et puis, au final, une belle vidéo avec le ministre du Budget qui fait un petit bilan sur notre expérience. Pour ma part, je suis pragmatique mais je n'ai pas réussi à tenir mon budget.

Et il ajoute que si on réussite le score maximal, une petite surprise nous attend...

Qui s'y colle et nous dit de quoi il s'agit ?