nyroBlog
Ban NyroBlog, by emi
Image by emi - ?

Tag: Standards


nyroFwk, Framework PHP - Présentation

Ceci est un brouillon d'introducion à la documentation de nyroFwk. Toutes remarques, suggestions ou questions pour l'améliorer est la bienvenue !

Vendredi dernier, j'ai mis en ligne l'API et le svn (user : anon / passe : anon) de nyroFwk.

Bon c'est très bien tout ça, mais qu'est-ce que c'est ?

Pour commencer, petit extrai de wikipedia : Un framework est un kit de composants logiciels structurels, qui définissent les fondations ainsi que les grandes lignes de l'organisation de tout ou partie d'un logiciel.

Oui, mais des frameworks PHP, il en existe des tas, non ?
Oui, on peut signaler symfony, Zend Framework et CakePHP ici. J'ai testé ces 3 là plus ou moins fortement. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Mais aucun ne répondait exactement à mes besoins et habitudes de développements. Alors quand quelque chose ne me convient pas, moi, je le refais, tout simplement (comme nyroModal par exemple)

Alors qu'est-ce que je n'aime pas ou j'aime dans ces frameworks ?
  • CakePHP : la gestion des bases de données et des objets associés. A l'époque où j'avais testé, on était obligé de modifier les objets lorsqu'on avait des relations entre différents objets. Et puis je n'ai jamais réussi a vraiment faire quelque chose de bien avec. Pas forcément réellement tout testé non plus, je dois bien l'avouer. Là où CakePHP marque des points, c'est dans la génération automatique de l'administration et toutes les fonctionnalités ajax super simple à implémenter.
  • Zend Framework : Je ne l'ai jamais concrètement utilisé car il me paraissait trop énorme. Ce framework a absolument tout ce dont on peut rêver. L'organisation des fichiers, de la documentation et de tout ce qui va autour de ce framework est géniale.
  • Symfony : c'est celui que j'ai le plus utilisé (et que j'utilsie encore). J'aime bien la génération automatique des objets de base de données, même si je trouve cela dommage de devoir regénérer ça à chaque modification de la base de donnée. J'aime pas le grand nombre de fichiers de configuration et encore moins tous les différents formats possibles. Pourquoi s'embetter et donc ralentire le processus avec des fichiers YAML alors qu'un simple tableau PHP fait très bien l'affaire ? La barre de débuggage peut être très utile. La séparation des classes de chaque controller pose problèmes ; dans certains cas, on est obligé de réécrire le code...
Et puis il y a plein d'autres choses qui ne sont pas dans ces frameworks, comme :
  • Gestion simple de formulaire permettant d'ajouter des champs, de vérifier s'il est valide, de le remplir, de récupérer les valeurs, etc...
  • Intégration des règles d'opitimisations de yahoo developper simplement et de base
  • Gestion des images souples, rapide et efficace
  • Intégration d'un éditeur WYSIWYG simple
  • Gestion des fichiers envoyés par les utilsiateurs sécurisée (ie : possibilité de restreindre l'affichage de ces fichiers qu'aux utilsiateurs connectés)
  • Tout est objet
Vous l'aurez compris, ces éléments sont intégrés de base dans nyroFwk.

Dans mon framework, chaque objet a sa propre configuration, qui hérite de toutes la configuration de ses parents. Chaque configuration est définie de base par le framework mais est modifiable pour chaque site très simplement. Suivant les besoins, on peut aussi modifier la configuration de chaque classe suivant le controller (front ou admin). Prenons un exemple, plus parlant. La classe response_http_html gère tout ce qui sera envoyé au navigateur lorsque la page demandée est en HTML. Elle hérite de la classe reponse_http, qui elle hérite de la classe reponse_abstract qui hérite de object. La définition de cette classe est dans le fichier nyro/response/http/html.class.php. Sa configuration est dans le fichier nyro/response/http/html.cfg.php est conteint (extrait) :
$cfg = array(
    'meta'=>array(
        'robots'=>'index, follow',
        'description'=>'nyro project',
        'keywords'=>'nyro, project',
        'language'=>request::get('lang'),
    ),
);
On définit donc les balises meta par défaut de toutes les réponses HTML. A noter que la langue ici est dynamique sera en rapport avec la langue demandée par l'utilisateur (explications plus tard).

Cette configuration est là pour définir des éléments par défaut, mais doit bien évidemment être modifié pour chaque site. Pour ce faire, chaque site aura un dossier personnel dans lequel il doit définir ses classes propres aux sites, mais aussi toutes ces configurations. Ce dossier se nomme par défaut my dans nyroFwk et est placé juste à côté du dossier nyro.

Dans ce dossier propre à chaque site, on peut aussi redéfinir chaque classe de nyroFwk. En effet, à la demande de chaque classe, le framework va vérifier si le fichier correspondant à la classe existe dans le dossier my au bon endroit. Sinon, il cherchera dans le dossier de base du framework. Un mécanisme similaire est utilisé pour les configurations. Au lieu de remplacer la configuration, on va fusionner les configurations successives de la classe, en gardant bien sûr le plus spécifique. Par exemple, pour nyrodev.com, le fichier my/response/http/html.cfg.php ressemble à (extrait) :
$cfg = array(
    'meta'=>array(
        'title'=>'nyroDev, Analyste Développeur Web (PHP, jQuery)',
        'description'=>'Cédric Nirousset, nyroDev : Conception, Analyse et Développement de sites web (PHP, jQuery).',
    ),
);
Je redéfinis les balises meta title et description pour mon site public.

Les configurations sont un point très important pour nyroFwk. C'est pourquoi il est possible de définir encore plus finement ces configurations. Tout d'abord, on peut spécifier le controller de la configuration si on veut être plus précis. Pour mon site, l'administration porte le nom de controller 'admin' et le site public 'front' (par défaut dans nyroFwk). Pour l'administration, on n'a pas besoin des meta description par exemple. C'est la raison pour laquelle le fichier de configuration du site public ne se nomme pas comme je l'ai indiqué plus haut, mais en réalité my/response/http/html.front.cfg.php. Vous avez remarquer le front en plus qui indique que l'on veut l'affciher que pour le site public. Juste à côté, le fichier my/response/http/html.admin.cfg.php existe pour définir les éléments pour l'administration.

Avec ce système, on a déjà quelque chose de tout à fait souple. Mais ce n'est pas fini ! nyroFwk gère les sites multilangues de base. Son fonctionnement est :
  • On définit une langue par défaut
  • On définit les langues disponibles
  • Si l'URL demandé est du type : monsite.com/LANG/maPage avec LANG une langue définit, alors on passe dans la langue demandée.
Bien, et alors, le rapport avec les fichiers de configuration ? Simple, en plus de la spécification par rapport au controller, les fichiers de configuration permettent aussi de spécifier une configuration spécifique pour la langue demandée. Exemple pour mon site qui est aussi disponible en anglais, le fichier my/response/http/html.front.en.cfg.php contient :
$cfg = array(
    'meta'=>array(
        'title'=>'nyroDev, Analyst Developper Web (english) (PHP, jQuery)',
        'description'=>'Cédric Nirousset, nyroDev: Conception, Analysis and Development of websites (PHP, jQuery).',
    ),
);
Ce mécanisme est utilisé à plusieurs endroits dans nyroFwk pour définir des messages à l'utilisateurs. Et comme vous l'avez remarques, ces fichiers sont de vrais fichier PHP. Donc rien ne vous empêchera, quand vous serez plus à l'aise avec le framework, d'utiliser des classes avec des fonctions statiques pour faire d'autres choses comme par exemple utiliser la base de donnée pour modifier ces éléments...

Et n'oubliez pas : les configurations sont successives et n'écrasent pas les autres configurations, aussi bien des classes parentes, mais aussi des configurations du controller et de langue. Ainsi, pour la classe response_http_html, la configuration est le résultat de la fusion des configurations (le plus bas étant le plus prédominant) :
  1. nyro/object.cfg.php
  2. nyro/object.fr.cfg.php
  3. nyro/object.front.cfg.php
  4. nyro/object.front.fr.cfg.php
  5. my/object.cfg.php
  6. my/object.fr.cfg.php
  7. my/object.front.cfg.php
  8. my/object.front.fr.cfg.php
  9. nyro/response_abstract.cfg.php
  10. nyro/response_abstract.fr.cfg.php
  11. nyro/response_abstract.front.cfg.php
  12. nyro/response_abstract.front.fr.cfg.php
  13. my/response_abstract.cfg.php
  14. my/response_abstract.fr.cfg.php
  15. my/response_abstract.front.cfg.php
  16. my/response_abstract.front.fr.cfg.php
  17. nyro/response_http.cfg.php
  18. nyro/response_http.fr.cfg.php
  19. nyro/response_http.front.cfg.php
  20. nyro/response_http.front.fr.cfg.php
  21. my/response_http.cfg.php
  22. my/response_http.fr.cfg.php
  23. my/response_http.front.cfg.php
  24. my/response_http.front.fr.cfg.php
  25. nyro/response_http_html.cfg.php
  26. nyro/response_http_html.fr.cfg.php
  27. nyro/response_http_html.front.cfg.php
  28. nyro/response_http_html.front.fr.cfg.php
  29. my/response_http_html.cfg.php
  30. my/response_http_html.fr.cfg.php
  31. my/response_http_html.front.cfg.php
  32. my/response_http_html.front.fr.cfg.php
Bien sûr, ces fichiers ne sont utilisés que s'ils existent ! Et ceci avec n'importe quelle classe du framework.

Mais je dois créer un fichier pour chaque classe qui en a besoin ? Au début, c'était le cas oui. Mais je me suis aperçu que cela pouvoit devenir très vite long et fastidieux. Ce mécanisme existe toujours et est toujours utilisé car dans certains cas indispensable, mais il existe un autre moyen. En effet, la configuration de la classe nyro permet de modifier la configuration de n'importe quelle classe dans un seul et même fichier de configuration. Par exemple, on aurait pu définir les éléments montrés précédemment dans le fichier my/nyro.front.cfg.php de cette façon :
$cfg = array(
    'response_http_html'=>array(
        'meta'=>array(
            'title'=>'nyroDev, Analyst Developper Web (english) (PHP, jQuery)',
            'description'=>'Cédric Nirousset, nyroDev: Conception, Analysis and Development of websites (PHP, jQuery).',

        ),
    ),
'une_autre_classe'=>array(
'uneAutreConfig'=>'yeah'
),
);
Cette configuration est utilisé en dernier lieu pour créer la configuration de chaque classe.

Vous avez d'ailleurs remarqué la classe object ? Toutes les classes instanciables héritent de cette classe, ce qui permet une gestion centralisée et uniforme des configurations et de la création des objets.

Bon, voilà déjà pour la configuration.

Pour revenir sur les fonctionnalités du framework, voici une liste (sans doute non exhaustive) de ce que gère pour l'instant nyroFwk :
  • Programmation orientée objet
  • Configuration avancée et très souple des classes
  • Gestion des sites multilingues
  • Gestion des bases de données multilingues avec récupération automatique des données propre à la langue
  • Configuration de base de donénes multiples
  • Gestion des utilsiateurs et de leur connexion, vérifications des accès, etc...
  • Gestion des formulaires avancées et souples : validation, affichage, etc...
  • Manipulation des images simplement, avec souplesse et efficacement
  • Création de formulaires directement depuis la structure de la base de données (gestion des données liées et en relation)
  • Création de l'administration automatique
  • Minimisation en un seul fichier compressé des fichiers JavaScript et CSS nécessaire à la page
  • Application d'un maximum de règle d'optimisations données par Yahoo
  • Barre de débogage
  • Editeur WYSIWYG (tinyMce) très simplement intégrable
  • jQuery et jQuery UI intégré
  • Ajax ready : différents templates s'il s'agit d'une requêtes ajax
  • Extensibilité simple et accrue : tout peut être redéfini
  • etc...
Fiou, ça n'a pas été une mince affaire de rédiger tout ça... J'espère que ça vous donne déjà une meilleure idée de ce qu'est nyroFwk et que vous aurez envie d'en savoir plus...

Chips, Twix, and Mix

And probably many more and more...

Chips, Twix et Mix

Et sans doute encore bien d'autres...

"Subject to Change" by Adaptive Path

Subject to ChangeI've just finished this book Subject to Change, written by Adaptive Path, edited by O'Reilly.

On these pages, this book try to answer to one question: "How could we manage long projects when needs and requirements are changing between the beginning and the end of the project?"
With their experience in the website design, Adaptive Path explain us how they work, but even more interesting, which errors they did and what they did to not reproduce them.

The first chapters speaks about products and/or services to be designed. Quick reminder and extension of the Purple Cow, it's explained that time when designers created without take care of the user is past. The user -and his experience- should be now the center of the development process to result in a product which will please -and so which will be bought.
We learn how to create user cases more convivial, by developing the empathy for the final user. Adaptive path discovered actually that this empathy, which must be present in the whole team, the project will most of time fo to the trash or won't be as good as expected.

Then along the reading we're starting to draw the Adaptive Path's work methodology. They set up an work organization allowing us to increase the team spirit and the design ideas for the final result. Nobody is excluded from the project meeting: developer, graphic designer, project manager, and the client speaks all together about the solution to realize a successful final product. The method isn't infallible. Errors are actually part of the process, used to correct as soon as possible the project thanks to the user tests.

Finally the last chapter speaks about the Agile method which correspond to the description above. At the first reading it looks like funnier, and more pleasant than the heavy development method. But when a project manager will read this, he won't like it simply because, as the name said, this method make it a matter of principle of the team should be flexible to answer to the expectation when they arrive or when they are discovered. This is what its strength, and also its weakness.
How a project manager will know how long will take a project before knowing what will do his team? To do that, Adaptive Path explain his own experience for doing this transition smoothly. Some key points that we could remember are: encourage innovation, improve feedback and user support, and make development more iterative.

If you're a project manager or development manager in a company, no matter what is its size, I strongly recommend this book. It won't probably be possible for you to implement the idea immediately. However it'll provide you new ways to work and fresh ideas.

Version française de ce billet

"Subject to Change" par Adaptive Path

Subject to ChangeJe viens de terminer le livre Subject to Change, écrit par Adaptive Path, édité par O'Reilly.

Dans ses pages, ce livre essaie de répondre à une question : "Comment peut-on mener de longs projets alors que les besoins changent entre le début et la fin de ce projet ?"
Par son expérience dans la conception de sites internet, Adaptive Path nous expliquent comment ils travaillent, mais plus intéressant encore, quelles erreurs ils ont comment et ce qu'ils ont entrepris pour ne plus les reproduire.

Les premiers chapitres sont consacrés au produits et/ou services à concevoir. Petit rappel et prolongation de la vache violette, on nous explique que le temps où les designers créant dans leur coin sans se soucier de l'utilisateur est révolu. Il faut maintenant mettre l'utilisateur final -et surtout son expérience- au cœur du processus de développement pour arriver à un produit qui plaira, et donc se vendra.
On apprend ainsi comment on peut créer des cas utilisateurs plus conviviaux, on développant de la sympathie pour l'utilisateur final. Adaptive path a en effet découvert que sans cette sympathie, qui doit être présente pour toute l'équipe, le projet a de grandes chances de tomber à l'eau ou ne pas être aussi bien qu'espérer.

Puis, au fur et à mesure que l'on avance dans le livre, on commence à y voir plus clair dans les méthodes de travail d'Adaptive Path. Ils ont mis en place une organisation de travail leur permettant de développer l'esprit d'équipe et les idées ergonomiques pour le résultat final. Personne n'est exclu des réunions de projet : on trouve aussi bien le développeur, le graphiste, le chef de projet et le client qui discutent tous ensemble des solutions pour réaliser un produit final réussi. La méthode n'est pas infaillible. Bien au contraire, les erreurs commises sont incluses dans le processus de développement afin de les corriger au plus vite grâce à de nombreux tests utilisateurs.

Enfin, le dernier chapitre est consacré à la méthode Agile, qui correspond en fait à tout ce qu'il y a de décrit plus tôt. Il est certain que cette méthode paraît à prime-abord plus fun, plus sympa et plus ludique que les méthodes lourdes de développement. Mais lorsqu'un chef de projet lira ces chapitres, il n'aimera pas, tout simplement car, comme son nom l'indique, cette méthode part du principe que l'équipe doit être assez flexible pour répondre aux attentes au fur et à mesure qu'elles arrivent ou qu'on les découvre. C'est ce qui fait sa force, mais aussi sa faiblesse.
Comment un chef de projet va pouvoir gérer un projet pour lequel il ne sait pas à l'avance ce que l'équipe va devoir développer ? Pour cela, Adaptive Path livre son expérience dans cette transition pour le faire en douceur. Les quelques points clés que l'on peut en retenir sont favoriser la créativité, améliorer les feedback et support utilisateurs et rendre le développement plus itératif.

Si vous êtes un chef de projet ou responsable de développement dans une entreprise, quelque soit sa taille, je vous recommande vraiment ce livre. Il ne vous sera sans doute pas possible d'adhérer à toutes les idées dans l'immédiat, mais il aura au moins le bénéfice de vous présenter de nouvelles façons de travailler et de vous donner de nouvelles idées.

English Version of this post